sodabi

Le Sodabi, alcool de vin de palme de fabrication artisanale a été préparé pour la première fois par les frères Gbéhalaton et Bonou Kiti SODABI du village de Sèdjè-Houègoudo dans le district d’Allada.

Bonou Kiti Sodabi faisait partie des militaires dahoméens envoyés combattre en France au cours de la Guerre 1914 – 1918.

Au cours de son séjour en France, Bonou Kiti s’initia à la fabrication de l’alcool à parti de bananes fermentées.

Rentré au pays, Bonou Kiti et son frère Gbéhalaton entreprirent dans leur village (Sèdjè) de distiller de l’alcool avec des alambics bricolés par eux mêmes. Ainsi de 1919 à 1925, ils réussirent à fabriquer une boisson dénommée ‘’ Ahankou’’ ou Anko’’ à partir de Bananes fermentées.

En 1926, ils eurent l’idée d’utiliser du vin de palme fermenté ce qui donna une boisson acoolisée à la saveur particulière qui fut rapidement appréciée de leur entourage et bientôt les consommateurs vinrent des villages alentours se procurer la boisson des frères Sodabi. La renommée de leur produit s’étendit au loin et la fameuse boisson ne fut plus désigné que sous le nom de ses fabricants : ‘’Sodabi’’

Mais en pleine période coloniale une telle entreprise ne pouvait se poursuivre sans se heurter aux interdits de la colonisation : en 1931 l’Administrateur Jean Jarton , à la suite d’un rapport du chef de Canton Agoundafo sékou, arrêta les deux frères Sodabi et les emprisonna .Cette mesure fit l’objet d’une campagne de presse d’un journal local, "le phare du Dahomey" édité par Augustin Nicoué qui publia la photo de Sodabi , l’inventeur, à l’appui d’un article circonstancié.

Néanmoins , les deux fréres Sodabi restèrent en prison 6 mois et ne furent libérés qu’après le départ d’Allada de l’Administrateur Jarton, remplacé entre temps par l’Administrateur Manget et le paiement d’une lourde amende de 6.000 francs d’alors.

Cet incident , loin d’arréter le flot de Sodabi à la source , ne servit qu’a assurer la renommée de la Boisson inventée par les deux frères .Ces derniers, désormais empéchés de produire , avaient déjà lancé le produit et la demande devint tellement importante que des distilleries clandestines furent installées un peu partout qui fonctionnent encore de nos jours .

Le Sodabi n’était plus fabriqué par les frères mais était produit partout où la palmeraie naturelle offre sufisamment de ressources et on distille à l’abri des autorités , car la distillation , la vente , la circulation du Sodabi sont jusqu’à présent officiellement interdites .

Entre les mutilples raisons qui motivent cette interdiction figurent notamment la protection de la palmeraie, principale richesse du pays et la sauvegarde de la santé de la population, les conditions précaires de fabrication n’offrant aucune garantie quant à la pureté du produit.

0
0
0
s2smodern